LES DANGERS

DES CRYPTOMONNAIES ET DU LIBRA

Voici quelques questions que l’on est en droit de se poser au sujet des cryptomonnaies:

- Que deviennent les Euros d'une personne qui a acheté une cryptomonnaie.

- Pensez vous que ces Euros soient précieusement et prudemment conservés par les fondateurs ou mieux encore détruits comme cela devrait être la règle.
(Lorsque l'Euro a été mis en circulation n'a t'on pas détruit les Francs, les Marks et les Lires.)


- N'assiste t'on pas au doublement d'une masse monétaire en conservant les 2 monnaies avec tous les risques d’inflation que cela comporte.

- Comment sont gérées ou utilisées ces devises issues de l'achat de cryptomonnaie.

- Ne tombent elles pas tout simplement dans l'escarcelle de fondateurs peu scrupuleux susceptibles de les utiliser à des fins personnelles.


- La plateforme de change des devises en cryptomonnaie que vous allez utiliser a t’elle véritablement une existence officielle, légale et durable.


- Comment allez vous conserver votre cryptomonnaie et l’historique de vos transactions (portefeuille électronique de type « Ledger »).


- Quelle sera la stabilité de cours de cette cryptomonnaie dans le futur.


- En cas de crach et de rachat massif de devises par les porteurs de cryptomonnaies, quelles garanties de changes aurez vous.


- Votre plateforme résistera t’elle à l’afflux des requêtes et sera t’elle en mesure d’assurer sans délai toutes les transactions.




REFLEXIONS

SUR LE LIBRA DE FACEBOOK




Voici quelques questions d’ordre financières que l’on est en droit de se poser au sujet du Libra, abstraction faite de la collecte de données qui posent d’autres problèmes:

Facebook devrait lancer en 2020 sa cryptomonnaie « Libra » via sa filiale Calibra créée à cet effet.


Elle a pour but de faciliter les transactions financières entre particuliers et de réduire considérablement les frais bancaires, de change et de virements.


Fin 2019 plus de 27 institutions internationales telles que VISA, Paypal, Ebay, UBER, Vodafone, Booking etc se portaient candidates, avec un droit d’entrée de 10 millions de dollars, pour rejoindre une association limitée à 100 membres, domiciliée en Suisse et chargée de gérer les devises issues de l’achat des Libras.


Il semblerait que la Suisse et quelques gouvernements émettent quelques réserves judicieuses.


A la création de l'Euro, les banques centrales ont échangé les devises locales telles que le Franc, le Mark ou la Lire contre des Euros.


Naturellement, elles ont détruites ces devises qui n'avaient plus cours.


La masse monétaire en circulation est donc restée constante lors de cette opération et les risques d’inflation induits écartés.


Or aujourd'hui que risque t'il de se passer avec le Libra:


Les utilisateurs de Facebook et des futurs 100 autres partenaires de l’association achèteront des Libras auprès de Calibra avec différentes devises.


Ce panier de devises sera censé constituer une réserve domiciliée en Suisse.


Calibra créera donc de la masse monétaire puisqu'il ne détruira pas les devises issues de l'achat des Libras par ses clients.

Cela aura donc les mêmes effets pervers qu'une planche à billets.


Là se pose la question de l'utilisation qui sera faite de cette réserve dans l'avenir.


Au départ, elle semblerait servir à garantir la conversion inverse des Libras en devises actuelles telles que l' Euro, le Dollar pour ceux qui la demanderaient.


Le Libra sera t' il plus sûr que les devises dont il est issu, on est en droit d'en douter aujourd'hui compte tenu du manque d'information à ce sujet et des devises retenues.


Si le Libra est un succès planétaire, ce qui n'est pas impossible vu les 2.5 milliards d'abonnés Facebook attirés par la réduction de leurs frais bancaires, il est probable que cette réserve de centaines de milliards va chercher à s'investir de façon diversifiée sous le couvert "d'augmenter sa sécurité" compte tenu des fluctuations et des garanties offertes par les devises de références.


Calibra se trouvera donc à la tête d'un énorme trésor de guerre susceptible de bouleverser l'économie mondiale.

Imaginons que 1 milliards d’utilisateurs détiennent chacun 100 €. Calibra se retrouverait alors à la tête de 100 milliards €.

Ne sera t'il pas tenter  de racheter des obligations d'états, des participations dans des sociétés privées ou publiques, de financer des fondations, des ONG  et pourquoi pas des religions, des parties politiques, voir même des pays etc..


En créant le Libra sans neutraliser les devises issues de leur conversion, Calibra deviendra donc une gigantesque planche à billets planétaire au grand jour et avec la bénédiction de ses utilisateurs alléchés par les économies réalisées sur leurs transactions bancaires grâce à l'utilisation du Libra et de sa blockchain.


Cette "WORLD COMPANY" ainsi créée ne sera-t’elle pas plus puissante que n'importe quelle banque, compagnie actuelle et que beaucoup d'états incapables d'investir de telles sommes dans leur économie ou dans des causes humanitaires ou environnementales.


Qu' adviendra t' il du système monétaire, économique et bancaire mondial quand le Libra aura supplanté les monnaies existantes ?


Malin, sera celui qui saura hacker Calibra quand on connaît les défaillances actuelles de fiabilité et de sécurité de Facebook.

Malin, sera celui qui saura exploiter, via du trading électronique, les variations de cours du Libra face aux fluctuations des devises de références.


Devant l'hyper-médiatisation et la puissance de Facebook, les états et institutions financières et monétaires sauront ils contrôler le développement du Libra et éviter l’implosion du système monétaire.


Je vous invite à réfléchir sur les dangers futurs de ces monnaies et cryptomonnaies si elles ne sont pas contrôlées par des états détenteurs de ce pouvoir régalien.



CONCEPTION & REALISATION


Philippe Géraudel.

Multi-entrepreneurs.

ESSEC, Boston Consulting Group.

geraudel@hotmail.com


Du même auteur